Le guetteur mélancolique

21 février 2017

Conférence Noam Chomsky à Paris 2016

 

L'espèce humaine est sur Terre depuis environ 200 000 ans. C'est un séjour très bref à l'échelle de l'évolution. Durant cette période, les humains ont fait face à de nombreuses crises. Pour s'en tenir à l'Europe et à l'époque moderne, la guerre de Trente Ans au XVIIe siècle fut dévastatrice, exterminant peut-être un tiers de la population de l'Allemagne. Il est inutile de passer en revue les détails de la guerre de Trente Ans du XXesiècle, de 1914 à 1945. Cette guerre abominable prit fin en août 1945; le 6 août, nous apprenions que l'intelligence humaine avait découvert les moyens de mettre un terme à 200 000 ans d'expérience humaine.

Il n'y avait aucun doute au fait que la capacité de destruction augmenterait, se diffuserait dans de nombreuses mains, augmenterait le risque d'autodestruction de l'humanité. Il y eut de nombreuses opportunités pour réduire significativement ou même éliminer la menace. La plupart ont été ignorées, parfois de façon vraiment surprenante: je n'ai pas le temps d'entrer dans les détails, mais c'est une histoire stupéfiante. Des opportunités existent encore et éliminer ce fléau n'est pas un rêve utopique, bien que les obstacles soient importants. Il y a beaucoup à dire sur cette histoire révélatrice et les options actuelles, mais mettons cela de côté pour l'instant.

Revenons au 6 août 1945. En ce jour sinistre, l'humanité entra dans une nouvelle ère, celle de l'âge nucléaire. Une ère qui a peu de chances de perdurer. La liste des cas où on l'a échappé belle est absolument effarante; nous sommes parfois passés à quelques minutes du désastre final. Ce fut souvent à cause d'accidents ou d'erreurs, dans quelques cas marquants à cause de l'inconscience de nos dirigeants.

De plus, juste en ce moment, la menace s'amplifie à la frontière russe, entraînant l'inquiétude des autorités, à juste titre, que la menace d'une guerre nucléaire n'approche le niveau des phases les plus critiques de l'ère atomique. Et l'histoire est sans équivoque: soit nous mettons fin à l'ère atomique, soit l'ère atomique sera notre fin.

Certes, nous n'en avions pas conscience en 1945, mais nous savons aujourd'hui qu'une ère nouvelle et néanmoins tout aussi dangereuse a débuté à ce moment-là : une nouvelle époque géologique baptisée l'Anthropocène, une époque définie par l'impact extrême de l'humanité sur l'environnement.

Nous savons aujourd'hui que nous sommes bel et bien entrés dans cette nouvelle époque ainsi que dans une période de destruction des espèces, que l'on nomme la 6e extinction, comparable à la 5e extinction qui s'est produite il y a 66 millions d'années lorsqu'un astéroïde a percuté la Terre, détruisant 75% des espèces, mettant fin à l'âge des dinosaures et ouvrant la voie aux petits mammifères, et finalement à l'espèce humaine très récemment.

Il ne nous a pas fallu longtemps pour reproduire les mêmes effets que l'astéroïde, à quelques différences près. Lors de la 6e extinction, celle qui est en cours, les grands animaux sont décimés à une vitesse démesurée, une particularité caractéristique de l'histoire humaine qui a moins de 200 000 ans, a contrario des précédentes extinctions.

Il y a aujourd'hui un large consensus sur le fait que nous sommes pleinement dans l'Anthropocène, néanmoins il existe certains désaccords sur le moment exact où les changements devinrent suffisamment extrêmes pour marquer le début de cette nouvelle époque géologique. Il y a quelques mois, le groupe de travail officiel sur l'Anthropocène est parvenu à une conclusion sur ce sujet. Et a recommandé au Congrès Géologique International que l'on date le commencement de l'Anthropocène à la naissance de l'âge atomique, à la fin de la Seconde Guerre mondiale en août 1945, c'est-à-dire lorsque les bouleversements radicaux de l'environnement liés à l'impact humain sont devenus véritablement dramatiques. Ainsi, selon leur analyse, l'Anthropocène et l'âge atomique coïncident pour constituer une double menace pour la perpétuation de la vie humaine organisée.

On peut, sans exagérer, comparer la fin de la Seconde Guerre mondiale au moment critique où les lemmings, sous forme humaine, se mettent en route et se jettent avec une détermination méthodique dans le précipice, vers leur désastre final. Nous en avons appris beaucoup plus sur cette marche déterminée et méthodique vers le désastre le 8 novembre dernier, une date qui sera peut-être historique à en juger par la gigantesque couverture médiatique et l'examen minutieux que les événements de ce jour ont reçu...

Posté par Le guetteur à 13:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2016

Fillon a déjà supprimé la Sécu

Attention, document col­lector ! Une fois n’est pas coutume, « Le Canard » a décidé de mettre en ligne sur son site Internet une œuvre majeure, un document pour l’Histoire : le programme santé de François Fillon ! Car cette perle est devenue introuvable sur le site du candidat, qui ne contient plus qu’un inoffensif résumé. Au soir du 13 décembre, après le grand rétropédalage de Fillon sur la Sécu, son équipe a supprimé du site de campagne ses 16 pages de « propositions détaillées » sur la santé. La fleur au fusil, Fifi y promettait rien de moins que la mort de la Sécu, laquelle serait « foca­lis[ée] » sur les « affections graves ou de longue durée ». Tout « le reste » passerait entre les mains des mutuelles et des assurances privées, annonçait le programme détaillé, aujourd’hui balancé aux oubliettes.
O sort cruel ! Pour éviter les trous de mémoire, le Volatile a décidé d’offrir un jardin du souvenir à ce morceau d’anthologie. Un grand cru, ça se conserve !
François Fillon : vers un système de santé fondé sur la liberté et la responsabilité

Posté par Le guetteur à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2016

MISÈRE DES MÉDIAS – QUAND JUPPÉ VISITE LA JUNGLE

Ce mercredi, Juppé était à Calais. Un déplacement de campagne comme il en existe des masses, ridicules et vains. Puisqu’on était dans le coin, on a suivi la petite troupe chargée de la mise en scène médiatique de cette visite.

« Quand je vois, par exemple, les reporters qui se précipitent et les forêts de micros qui se dressent pour recueillir religieusement la moindre parole de nos dirigeants politiques ou de n’importe quelle personnalité réputée importante, y compris sur des sujets sur lesquels ce qu’ils peuvent dire n’a absolument aucun intérêt, je dois avouer que j’ai du mal à m’empêcher de considérer que l’humanité est en train, si ce n’était pas déjà fait, de perdre à peu près tout sens du ridicule. » (Jacques Bouveresse, « Au commencement était la presse »)

Ce mercredi après-midi, un petit groupe patiente devant le centre d’accueil Jules Ferry attenant à la « jungle » de Calais. Trépignant dans la boue et le crachin, une grosse vingtaine de journalistes. Ils n’ont pas été autorisés à passer les grilles du centre à la suite du héros du jour, si bien que l’ambiance est à la grogne. « La prochaine fois, qu’il ne compte pas sur moi pour venir le filmer », menace candidement un jeune homme porteur d’une grosse caméra. « Il abuse, merde, résume sa voisine, pourquoi son équipe nous prévient du déplacement si on ne peut pas le suivre ? On n’est pas ses larbins ».

Derrière les grilles blanches, on aperçoit la petite troupe de campagne qui visite les lieux au pas de course. En plissant bien les yeux, miracle, on le voit en personne, avec ses bottes marron flambant neuves, sa semi-calvitie grisonnante et son aura de Lexomil bipède : c’est bien l’ex-pestiféré du RPR venu montrer qu’il n’a pas peur de mettre les mains dans le cambouis migratoire. Yep, Alain Juppé est dans la place.

Hors de portée des objectifs, il discute avec quelques porteurs de gilets jaunes, des employés du centre. Glissées entre les barreaux, dérisoires, des caméras zooment, leurs propriétaires essayant de tirer une image exploitable de la lointaine scène. Mais non, il est trop loin. Le fourbe.

A lire sur ARTICLE 11

Posté par Le guetteur à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2016

Nuit debout : l’étape d’après

Posté par Le guetteur à 09:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]