rousslt_fombeure

Vers une pureté
Impossible et secrète,
J'ai beau chercher ma route
Dans un désert d'orgueil.

La terre me retient
Par ses boues, par ses lampes,
Par ses femmes trop lourdes,
Et fracasse mon vol.

Quand je m'élance en vain
Sur ces routes sans ombre,
La fraîcheur d'une voix,
L'humide d'un regard,

M'enlèvent tout espoir
Je redeviens les autres
Tout parqués dans le soir,
Soliloque bétail...

Ah, seins et lèvres moites
Vous ne saurez jamais
Ce que vous m'avez fait,
Pièges de la douceur.

Maurice Fombeure (A dos d'oiseau)