chronique_montagne_1

Si vous voulez briller en société, survivre au progrès, percer les mystères de l'époque, il faut apprendre le vialatte. D'emblée, cette langue vous réserve une heureuse surprise: c'est la vôtre, celle que vous parliez sans même le savoir et qui vous revient un rien plus riche, plus alerte, comme au retour d'une promenade qui lui aurait fouetté les sangs. C'est qu'elle a vu du pays. Née dans un volcan d'Auvergne, elle a sillonné les forêts rhénanes, les déserts de l'Egypte et les catacombes des bibliothèques avant de s'installer dans le XIIIe arrondissement, face à la prison de la Santé. De son poste, elle tient la planète à l'œil. Elle sait, n'en déplaise à Paul Morand, que le temps du monde fini n'est pas près de commencer et qu'une découverte en cache une autre, plus étonnante encore. [...] Voilà ce que nous révèlent les Chroniques enfin éditées au complet, en deux volumes préfacés par Charles Dantzig à qui rien de Vialatte n'est étranger. Piquez au hasard parmi les deux mille deux cents pages accumulées en vingt ans (de 1952 à 1971), vous gagnerez à tous les coups. Ce n'est pas le passé qui revient mais l'actualité qui renaît. [...] «C'est ainsi qu'Allah est grand», répétait Vialatte recensant les merveilles de l'univers sans en oublier aucune, à croire qu'il les avait créées en trois coups de plume.

Gabrielle Rolin (Lire) extraits